Le sexisme dans notre section locale et sur notre lieu de travail, et quatre choses que nous pouvons faire pour le combattre

Le 6 décembre est la Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes, commémorant le meurtre par un homme, en 1989, de quatorze femmes de l'École polytechnique de Montréal, simplement parce qu'elles étaient des femmes.

Qu'entendons-nous par « violences faites aux femmes » ?

Sur notre lieu de travail et dans notre mouvement, la violence à l'égard des femmes prend de nombreuses formes, allant de nos croyances apprises et inconscientes sur l'infériorité des femmes à la dévalorisation du travail traditionnellement effectué par les femmes, à la transphobie et à l'exclusion subie par les femmes trans, les personnes non binaires et de genre non conforme, le manque de respect pour les femmes occupant des postes de leadership, les actes manifestes de harcèlement et de violence. Pour les femmes autochtones, noires et racialisées, cela recoupe la violence à laquelle elles sont également confrontées en raison des systèmes et attitudes racistes et coloniaux qui persistent dans notre société et donc dans notre lieu de travail et notre mouvement.

Contexte section locale 2025

L'exécutif de la section locale 2025 aimerait aborder deux situations importantes liées à la violence faite aux femmes dans notre section locale et notre lieu de travail et partager les ressources qui, selon nous, intéresseront les membres.

1. Antécédents de sévices et de harcèlement sexistes au sein de l'exécutif local

L'exécutif de la section locale 2025 est conscient qu'il existe des antécédents de harcèlement et de préjudice sexiste au sein de l'exécutif.

Les membres élisent l'exécutif pour nous représenter toustes. Les comportements oppressifs dans les rangs de l'exécutif nuisent aux victimes mais ont également un impact négatif sur l'ensemble des membres. Le harcèlement et les préjudices sexistes persistent à travers le mouvement syndical et nos syndicats ne disposent pas de processus clairs et centrés sur les victimes pour soutenir les victimes, mettre fin au harcèlement et tenir les membres responsables de leur comportement oppressif.

Cela nous préoccupe profondément. C'est une priorité pour nous de déterminer le moyen le plus sûr et le plus efficace de traiter cette histoire de préjudice. Dans la prochaine année, nous espérons créer de l’espace pour les femmes qui ont vécu ce préjudice pour informer la section locale sur son approche dans le traitement de ce préjudice et à avancer pour construire une section locale qui est plus axée sur les traumatismes et ancrée dans le respect mutuel et la responsabilité.

2. Médiation contre le harcèlement sexuel

Au printemps 2020, les membres de notre section locale qui ont été touchées par le harcèlement sexuel au travail et le traitement de l'enquête qui a suivi ont fait part de leurs préoccupations à la section locale 2025. La section locale a déposé un grief de principe et l'a présenté à l'étape 2 au président national Chris Aylward.

Lors de notre audience, nous avons soutenu que notre employeur :

• a violé ses propres directives pour enquêter sur le harcèlement sexuel
• a sous-estimé la gravité du comportement en question
• n'a pas protégé les témoins de représailles
• n'a pas impliqué d'experts en harcèlement sexuel au travail
• et a désigné un homme sans expérience en matière de harcèlement sexuel comme gestionnaire autorisé en charge du traitement de la plainte.

Nous avons également soutenu que les lignes directrices de l'employeur, telles qu'elles existent, sont inadéquates, ce qui rend dangereux pour les femmes de se manifester.

L'employeur a accepté de s'engager dans une discussion en médiation pour tenter de parvenir à une entente et à un processus permettant à une experte d'examiner et de faire des recommandations sur les politiques et procédures actuelles de l'AFPC et sur la façon dont elles sont mises en œuvre.

Nous voulons que les membres sachent que cette médiation est en cours avec cinq membres d'Unifor 2025 représentant notre section locale dans les discussions.

3. Quatre choses que nous pouvons faire pour lutter contre la violence envers les femmes

1. Remarquez - Entraînez-vous à remarquer les comportements et attitudes sexistes chez vous et chez les autres. Posez-vous des questions comme celles-ci :
a) Les commentaires et les voix de certaines personnes sont-ils ignorés ou minimisés ?
b) Est-il considéré comme acceptable de parler par-dessus les autres dans mon équipe, mon lieu de travail et/ou mon syndicat ? 
c) Les hommes et/ou les personnes ayant des attitudes sexistes parlent-ils plus que les autres ?
d) Est-ce que j'attends mon tour de parole au lieu d'écouter ce que disent les autres ?
e) Quel travail et quelles caractéristiques sont les plus valorisés sur mon lieu de travail, dans mon syndicat, à la maison, dans ma communauté - et lesquels le sont moins ?

2. Croyez - Lorsque les femmes mentionnent des expériences de sexisme, est-ce que je les crois ? Est-ce que je dis quelque chose ? Dire quelque chose comme « Je suis désolé que vous ayez vécu cela. Que puis-je faire pour vous soutenir ? » est un bon moyen de faire preuve de compréhension et de solidarité.

3. Remettez en question - Si un.e camarade fait une remarque ou une supposition sexiste ou se comporte de manière sexiste, nommez-la et remettez-la en question sur le moment, ou faites un suivi avec la personne. Faites-lui savoir que vous n'êtes pas d'accord avec sa remarque ou son comportement et que le sexisme nous divise en tant que travailleuses et travailleurs - nous devons être uni.e.s dans la lutte pour nos droits face à la direction.

4. Utilisez le pouvoir syndical - Soutenez la négociation et l'élargissement de mesures clés telles que l'équité salariale, l'équité en matière d'emploi, les clauses anti-harcèlement, les congés familiaux, les congés payés pour violence domestique et les droits sur le lieu de travail qui contribuent à la sécurité économique. Tout cela fait partie de la prévention de la violence sexiste.
 

4. Ressources
• Affiche d’Unifor pour le 6 décembre - J’ose parler pour mettre fin à la violence des hommes envers les femmes. Et vous?
Interrompre le sexisme au travail, Catalyst, juin 2020.
• Unifor - niveau national - Les hommes se mobilisent pour mettre fin à la violence fondée sur le genre

En anglais seulement:
• From "Me Too" to "All of Us": Organizing to End Sexual Violence, Without Prisons, Sarah Jaffe
Challenging Men Changing Communities: Reflections on Male Supremacy and Transformative Justice, The Challenging Male Supremacy Project (CMS): Gaurav Jashnani, RJ Maccani, and Alan Greig
Moosehide Campaign - Indigenous men and boys against violence against women and children

Design by Mark Sanchez.

Another U7 Solutions - Web-based solutions to everyday business problems. solution.